Articles

Affichage des articles associés au libellé Communication

Radio pour survivaliste: UV-5RE+

Image
Radio pour survivaliste: UV-5RE+ Qui ne connait pas les radios UV-5R?
Elles sont vendues partout, elles sont partout, tout le monde les cite quand il s'agit de parler de communications radios. 
Je ne veux pas faire de revue technique, mon blogue ne sert pas à ça et je ne suis pas en technicien en télécoms par ailleurs.
Par contre je me propose de les évaluer d'un point de vue survivaliste. 
C'est parti! Description Ce sont des émetteurs-récepteurs portatifs d'une puissance de 4 watts et utilisant les bandes VHF et UHF en émission et réception et ayant la capacité de recevoir la bande FM des stations de radio commerciale.
La portée usuelle de communication est de 5 km. Dans des conditions et un environnement exceptionnels, on peut monter jusqu'à 8 ou 10 km.
Ces appareils sont capables d'agir comme répétiteur de signal.
De plus, il existe un tas d'accessoires provenant du manufacturier ou en aftermarket qui rendent ces radios adaptables à tous les besoins.

Le survivaliste face aux journaloperies merdiatiques

Image
Il ne s'agit pas d'examiner dans ce billet les réponses à faire aux journalopes quand ils parlent de survivalisme. En premier lieu ils n'écoutent pas, en second lieu ils ont leur histoire à passer la vôtre ne les intéresse pas et enfin, ils ne donnent jamais la parole qu'à qui ils veulent bien.
Le propos de cet article est plutôt de parler du positionnement des survivalistes face aux merdias, aux journalopes qui les peuplent et aux "informations" qu'ils véhiculent. 
Nous le savons tous les merdias ne sont pas une source d'information fiable.
Cela s'est vérifié par nos observations personnelles, par nos analyses et plus rarement, par une expérience d'interaction avec un média et vécue personnellement. Pute ou chômeur? Pour les survivaliste peut-être plus que pour les normaux, l'information est critique. Mais voilà, l'information pertinente, utile et vraie est plutôt rarissime à travers les merdias traditionnels.
Citons Alain Soral, enc…

Le placard survivaliste - les séquelles (parfois permanentes)

Image
Le placard survivaliste - les séquelles (parfois permanentes) Suite à mon premier article Le Placard Survivaliste.
Vous me connaissez, je suis un taquin. Ce que vous connaissez moins de moi, c'est mon petit côté retors, ce qui est une qualité ou un défaut, à vous de choisir. En rédigeant mon premier article et en enregistrant la vidéo qui l'accompagnait, j'agissais en sachant que j'allais provoquer certaines réactions. Pour faire un aveu, je comptais sur ces réactions pour écrire cet article.
Le premier "placard survivaliste" Cet article avait deux axes.
Le premier: valoriser la prise de contact en réel avec d'authentiques survivalistes afin de poser les jalons d'une communauté réelle (on ne parle même pas d'un groupe organisé ou même d'un clan ici!). 
Le second: dans le contexte européen d'une "migration" qui ressemble à une 5e colonne, valoriser l'implication avec le voisinage, notamment à des fins de sécurité. L'idée n…

Le placard survivaliste

Image
Le placard survivaliste Vivre dans le placard c'est préparer un placard où on devra s'enfermer le moment venu.
N'en pas sortir, c'est se condamner à ne jamais pouvoir compter sur la force du groupe.
La semaine dernière, dans mon article BitGold: alternative survivaliste à l'argent fiat vous avez pu regarder un entretien que j'ai réalisé avec Martin Prescott de Moneymakeredge.ca et un élément m'avait frappé: les traders étaient beaucoup plus portés à se rencontrer en personne et échanger que les survivalistes qui eux s'enferment volontiers dans l'anonymat et la discrétion. 
En virtuel les survivalistes sont plus actifs: sous différents pseudonymes ils échangent et communiquent superficiellement mais dans la vraie vie, ils s'affichent peu, ce qui est relativement sain et ne tissent que très peu de liens concrets avec d'autres survivalistes. C'est une lacune. Le lien social Le lien social dont tout le monde parle ne consiste pas seulement …

Communiqué

Image
Bonjour, fidèles lecteurs.
Nous sommes le 7 août 2014. Ceci est un message personnel qui déborde le strict cadre de mes articles sur le survivalisme. C'est un article sur moi.
Un Million!
Cette semaine, en combinant le nombre de visites sur mon blogue et le nombre de visites sur ma chaine Youtube, j'ai réalisé que j'ai dépassé le million de visites. Je vous en suis très reconnaissant, c'est une énorme gratification qui récompense les 15 à 25 heures que je passe à rechercher, analyser, écrire, tourner et monter des vidéos à chaque semaine. Sans compter le temps passé à répondre aux questions par courriel, par FB ou via ma chaine Youtube. 
Merci du fond de mon coeur!
Toutefois cela ne va pas sans contrepartie...

Facebook
Depuis que j'ai une certaine audience, on cherche à m'intimider. Souhaits de mort, menaces de mort, menaces de s'en prendre à ma famille, injures, calomnies, intimidation,  dénonciations publiques, accusations, etc. 
J'ai récemment été l…

S'informer

Image
S'informer, c'est le coeur du projet survivaliste, au moins autant que de constituer des réserves ou de développer notre savoir.
L'information, l'information juste, réelle, véridique, c'est ce qui fait la différence entre des séries de montées en stress suivies de décompensation et le déclenchement justifié de nos moyens de contingence.
Les merdias
Les médias de masse, que je surnomme toujours les merdias ou les pressetitués, sont des entreprises possédées par propriétaires souvent inconnus du public. Or quand on y regarde de plus près, on trouve très souvent derrière ces merdias des conglomérats financiers, des banques et le complexe militaro-industriel.
Faites la recherche!
On peut penser que les actionnaires des merdias de masse ne cherchent que le profit. Or les merdias ne se portent pas bien, en tout cas les médias papier. Ils sont en France largement subventionnés. Ailleurs, le tirage baisse constamment, à moins d'y mêler du contenu de magazine qui n'…

Retour sur les RSF

Image
J'ai eu le plaisir de rencontrer et de recevoir RSF-Mère (Laetitia) venue passer quelques jours au Québec. 

Laetitia est l'administratrice de la page Facebook de RSF-Mère, la page de base des RSF.


J'en ai donc profité pour lui faire parler des RSF car si je trouve l'idée et le concept excellents, en revanche j'estime qu'ils dans quelques cas sous-utilisés.

Voici donc un rappel.

Le Regroupement Survivaliste Francophone (RSF) est un réseau informel de survivalistes.

Chaque RSF est local, créé par une initiative locale, animé par des gens de la même région et "géré" localement.

Leur but est de regrouper les survivalistes d'une même région afin qu'ils fassent connaissance en personne, se parlent, échangent, fassent valoir leurs talents, leurs savoirs ou leurs contacts ou bénéficient du talent, du savoir et des contacts des autres.
RSF-Mère, la page, est un point focal auquel tous les RSF locaux se rattachent.
Ce lien de rattachement est purement fonctionn…

Les Surviva-Listes

Image
Les blogues de survivalisme foisonnent. Certains tentent même de se distinguer en nommant le survivalisme d'un terme de leur crû, définissent leur truc par les attributs du survivalisme et redéfinissent le survivalisme avec des éléments ringards et ridicules, afin de bien démontrer que leur approche est supérieure.
Ces prétendants n'oublient pas non plus de faire une chose enfantine à savoir médire des autres blogueurs sur leur personnalité ou leur comportement allégué et rarement voire jamais sur leur contenu.
Eh oui, les dénigrants sont des prétendants qui tentent de rallier les "mécontents" à eux en tapant sur ceux qui ont faits leurs preuves et qui durent. Car voyez-vous, ils veulent leur place au soleil.
La particularité de ces incompris, c'est de faire du surviva-liste dans leurs blogues.
99 trucs pour ...56 usages des ...18 étapes vers ...7 erreurs à ne pas faire en ...9 choses à faire en ...Un surviva-liste, c'est un blogueur wanabee qui veut se rendre cé…

Émetteur-récepteur ou pas?

Image
(Parution originale juin 2011, mise à jour et mise en page faite le 6 août 2013)
Certains ne veulent rien savoir de communiquer par les ondes dans un contexte de désastre ou de crise, d'autres au contraire y voient une planche de salut et un moyen de pouvoir revenir un jour à la normale. 
Qu'en est-il exactement? Doit-on ou non se munir d'un émetteur récepteur?
Je vais présenter différents points de vue et ce sera à vous de faire votre choix.
Types d'appareils de communication

Il existe différents types d'émetteurs-récepteurs: les "CB", les FRS/GMRS et les radio-amateurs.
Les CB

Le CB opère sur la bande AM. Il est sujet aux perturbations causées par le cycle de 11 ans du Soleil. La portée varie de 8 à 15 km, selon la configuration du terrain et cela pour une installation ordinaire. 

L'appareil peut être mobile ou fixe (en configuration de "base"). 

Installé en base, avec une excellente antenne bien calibrée et placée en hauteur et pour peu que l'…