Le survivaliste débutant et les kits de départ

Le survivaliste débutant et les kits de départ



Pour les pressés, la vidéo:


J'ai reçu une question d'un tipeur concernant l'éternel dilemme des débutants ayant un budget serré.

Sachez que je comprends parfaitement bien ce que signifie avoir peu de moyens, je me suis déjà retrouvé dans cette situation à quelques reprises et pour d'assez longues périodes de temps. 

Alors cet homme, père de famille, me demandait au fond quel kit de départ devait-il se monter pour être capable de préparer sa famille, au moins minimalement.

Les kits commencent par des listes et ces listes ne sont réellement adaptées qu'à ceux qui les élaborent. L'adoption d'une liste faite par une autre personne peut certes donner une idée de ce qu'on doit y retrouver mais dès lors, le point de départ du survivaliste qui l'adopte sera le paradigme d'un autre survivaliste vivant un contexte différent et dans un environnement étranger.

Là réside surtout le danger des listes adoptées.

La seule bonne liste en vue de monter des kits de préparation, c'est la liste qui sera née dans la douleur, dans l'angoisse, dans l'incertitude: celle que vous développerez vous-même, devant une feuille blanche au coin de la table...

C'est à partir de vous-même que vous pourrez identifier vos besoins réels et dès lors, de quel support matériel vous aurez besoin en cas de déploiement de votre plan survivaliste.

C'est durant de cette réflexion que vous identifierez un budget raisonnable, les vivres vous voudrez stocker et les équipement qui se révéleront indispensables.

Cette manière de procéder ne vous garantit pas une liste parfaite, la perfection est affaire de temps et de répétition. Toutefois, elle vous donnera une bonne méthode d'appréhension de vos besoins et vous rendra expert, avec la pratique, dans la planification de votre préparation.

Surtout, comme dans le cas de ce tipeur, si votre budget est limité et que vous avez des personnes à charge.

Ma vidéo plus bas:


Merci à ceux qui soutiennent mon travail:
Damoclès — Taquin Marseillais — Lionel H. — Pierre P. — FG — J —  Dan Sullivan
Ainsi qu'aux autres tipeurs et donateurs.


Commentaires

Marc Desmeuzes a dit…
Merci Vic pour tes explications toujours claires et ta grande honnêteté !!!
Porte-toi bien ainsi que ta famille !
Marc.
Bonjour à tous.

(Post en deux parties)

Comme le sujet m'intéresse tout particulièrement, je balance quelques pistes de recherche.

Les préparatifs (ou listes) doivent répondre à des besoins réels et vitaux. Je pense qu'ils ne sont pas nombreux, boire - manger - dormir - thermorégulation - sécurité et lien social avec un point spécial pour l'énergie.

J'ai eu l'occasion d'assister à des "migrations" de personnes dans un extrême dénuement - guerre civile - réfugies - déportés - migrants divers. Toutes ces personnes ont beaucoup de points communs. Extrême pauvreté - le plus souvent départ précipité - déplacement à pied (seul, en famille ou en très petit groupe). Ils portent à la main, dans des sacs ou sur la tête, quelques bagages - bâche bleu - couverture - contenant d'eau - marmite - outil coupant - briquet - minimum de nourriture (riz ou haricots) et un peu d'argent et divers.

Le climat étant "confortable", pas besoin de beaucoup d'habits, avec accès à l'eau "facile" mais pas super à boire pour tout le monde.

Leur situation à de particulier, qu'ils sont dans la survie quotidienne, ils n'ont pour la plupart pas de but ou d'idée précise de leur destination. Ils survivent au jour le jour et je ne pense pas qu'ils s'encombrent avec du matériel inutile.

Il faut bien comprendre que celui qui n'à pas but de la journée en plus de n'avoir rien mangé, ne sera pas spécialement en grande forme. Ajouté à cela une mauvaise nuit et des conditions climatiques pas super, hé bé il ne va pas aller loin le type. Surtout avec ces trois gamins et sa femme qui vient de faire un burn-out (elle n'accepte pas la situation elle est dans le dénie). Il à un gros paquet de souci le pauvre type.

Maintenant, je suis persuadé que bon nombre de matériels élémentaires se trouvent déjà dans le domicile. Le premier truc à faire est certainement un tour du "propriétaire" pour recenser les objets disponibles. Ensuite coucher sur une feuille les différentes ruptures du quotidien que l'on s'imagine.
Domestique / individuel - Accident de la route - perte d'emploi
Local - coupure d'énergie - grève
Régional ou national - Guerre - problème économique - tempête
Mondial - Collapse - effondrement global
Et partant de là, trouver des solutions adaptés à la situation et à chacun.

Il me semble que cela s'appelle faire un plan (pas d'évacuation) un plan de la situation, avec les avantages et les inconvénients du lieu, du climat, etc...
Bonjour à tous.

Partie 2 suite et fin

Au grand dam de Vic, je me risque à faire une liste minimaliste. Ce qu'il y a déjà dans les placards - couverture - habits et chaussures - casserole - briquet ou allumettes - couteau de cuisine (même à bout rond). Surement un sac (on ne sait jamais) et le moins facile, un contenant pour l'eau (bouteille ou bidon) (pas vu souvent quelqu'un transporté de l'eau dans des capotes - c'est peut-être un peu fragile). Il faut donc de la nourriture (3 Kg par semaine et par personne), un briquet si pas trouvé et petit stock d'eau (15 litre environ pour une semaine par personne). Il faut encore faire cuire le riz donc gaz ou bois.

Voilà, je dirais que pour 10 euro (+ l'énergie) par personne tu passe une semaine dans des conditions pas terribles, sans te laver et à manger du riz blanc et sans sauce.

C'est un début qui ne demande qu'à être amélioré au fur et à mesure de la préparation et de l'orientation du plan général qui est personnel et différent pour chaque survivaliste - chaque lieu - chaque habitation - chaque personne - chaque compétence - chaque problème. Compris ? Même celui de mon voisin est différent du mien.

Les réserves c'est bien, mais cela n'empêche pas de chercher de la "nourriture d'opportunité" ou autre matériels pour améliorer le quotidien durant l'évènement.

Sinon quelques exemples : Je suis une femme blonde et pulpeuse avec ma roue crevé en bord de route. Je pense qu'un gentil petit monsieur avec pleins d'idées dans la tête va me changer la roue. Ou non ? J'habite au fin fond de la campagne (premier voisin à 2 km), j'ai intérêt à avoir une bonne paire de godasse ou un vélo pour le jour ou ma voiture est en panne. Balcon du douzième étage sans ascenseur (sinon ce n'est pas marrant), le riz cuit sur un feu de bois (le fauteuil de la grand-mère). C'est là que je me dis que le bleuet camping gaz c'était peut-être pas si con.

Je sais, c'est brouillon, alors n'hésitez pas à laisser un commentaire.

Bonne fin de journée et peut-être à bientôt.


Printfriendly

Articles les plus consultés