La dégénérescence et le survivaliste

La dégénérescence et le survivaliste




Un des phénomènes qui accompagne un effondrement, c'est celui de la dégénérescence. C'est même à cela qu'on en reconnait les premières phases.

Ce n'est pas une affirmation gratuite, ce n'est pas non plus un dogme, c'est simplement un fait.

Le très grand Nicolas Machiavel qui est un des plus fins analystes politique de l'Occident et probablement du monde entier, a attribué entre autres causes la chute de Rome à l'abandon par sa populace de sa Virtù, qui a résulté en la perte de sa Fortuna, concept qui tient de la « chance » mais aussi de la « faveur providentielle » récompensant la rectitude d'un peuple.

[Pour en savoir davantage je vous suggère de lire le texte sur cette page et, beaucoup mieux, le Discours sur la première Décade de Tite-Live et accessoirement, L'Art de la Guerre, tous deux de Nicolas Machiavel.]

Évolution et révolution


On ne fait pas erreur en disant que rien n'est immuable et que tout change de manière permanente, sauf les atomes non-radioactifs. Chez les minéraux, les changements sont extrêmement lents et peu spectaculaires. Chez les végétaux les changements sont plus rapides et davantage encore chez les animaux (dont l'Homme) chez qui il suffit de quelques dizaines de milliers d'années pour que l'évolution permette de constater des changements physionomiques et physiologiques manifestes.

En matière de société cependant il n'y a pas de règle universelle de durée: une société peut être stable dans sa cohésion et subitement imploser ou encore être désorganisée et d'un coup se ressaisir et devenir extrêmement puissante. J'en veux pour preuve l'Allemagne de l'entre-deux guerres, qui s'est désintégrée politiquement et moralement à partir de 1919 et qui, sous la direction du NSDAP a connu une vigueur et une moralisation formidables en seulement quelques années.

En revanche des sociétés peuvent être extrêmement stables pendant des siècles, peu importe le régime ou le système de gouvernement qui les régit. Ainsi les polonais sont restés polonais malgré toutes sortes de dominations et de démembrements territoriaux dont la pire, la domination communiste.

Ainsi une révolution peut casser en apparence un peuple qui reviendra tel qu'il est plusieurs décennies voire siècles après alors que d'autres révolutions ne changent pas immédiatement les mentalités mais œuvrent sur le temps long, comme en France où la république achève de balayer ce qui faisait la grandeur de ce pays et entre dans la phase finale du processus par le remplacement de sa population.

Conditions économiques contre conditions idéologiques


Il est patent que l'organisation sociale des peuples et des nations se fasse surtout en fonction des conditions économiques qu'il vivent. Une société agraire a besoin de beaucoup de main d’œuvre et donc une forte natalité. Une société industrielle en nécessite moins. Ces conditions affecteront les statuts respectifs des classes sociales et des sexes. Le reste, la religion ou les mythes ou les autres croyances, teinteront ces nécessités socio-économiques mais sans les définir. En principe du moins.

En Occident, le système médiatique ainsi que l'illusion démocratique font en sorte que les populations des différents pays ont développé une certaine confiance en leur État et dans ses porte-parole, les médias qui jouent un rôle suprêmement important dans le conditionnement des peuples.

C'est ainsi qu'on peut bouleverser l'équilibre d'une société par l'introduction de discours subversifs qui ont pour conséquences de remplacer l'évolution naturelle par un corps d'idéaux ou de concepts qui ne sont pas en adéquation avec la réalité du moment.

Or lorsqu'on altère artificiellement la Virtù d'un peuple, on affecte aussi sa Fortuna.

Dès lors s'entame un processus de dégénérescence. Pour les esprits le moindrement avisé, nous sommes dedans, pas qu'un peu, et depuis longtemps.

Le cas d'Effondrement par excellence: Rome


Il s'est écrit une somme colossale de livres et d'articles sur les causes de l'Effondrement de l'Empire Romain.

Certains blâment la perte de la démocratie romaine (qui était aussi démocratique que nos régimes contemporain, à savoir pas très...). D'autres la dépendance de Rome envers les importations. Plusieurs parlent de corruption économique.

Toutefois la cause fondamentale de tout Effondrement, outre l'absence de ressources suffisantes, reste et demeurera toujours l'effondrement moral.

Qu'un peuple cesse de croire en son/ses D/dieu(x), qu'il cesse de s'investir dans ses institutions, que ses institutions cessent de servir à leur fonction première et c'est le repli individualiste assuré. Chacun veut sauver sa peau n'est-ce pas?

Et c'est ainsi qu'en sauvant sa peau on perd sa civilisation. 

Rome a accordé la citoyenneté massivement à des étrangers, voilà une société devenue cosmopolite avec ses religions étrangères en conflit les unes avec les autres, ses intérêts divergents, ses oppositions tribales et ses incompatibilités fondamentales.

Rome est tombée parce qu'être Romain ne voulait plus rien dire. Dès lors les efforts de moralité, de rigueur, de justice se sont relâchés et les ingrédients de la recette de puissance et de grandeur de cette civilisation sont disparus. Alors le soufflé se dégonfle.

Tout ça semble simpliste et si le lecteur veut se donner la chance d'arriver aux mêmes conclusions, il devra se taper la lecture de tout ce que j'ai lu sur le sujet. Je ne saurais même pas en faire la recension car mes lectures s'étalent sur 42 ans (j'ai lu mon premier ouvrage de science politique, Le Prince, à 10 ans, j'en ai 52 au moment d'écrire ces lignes).

Toutefois le Discours sur la première Décade de Tite-Live sera un bon exposé synthétisé des mécanismes sociétaux qui conduisant à l'effondrement d'une civilisation.

Et nous?


Ben... désolé mais nous sommes en plein dedans et même au paroxysme de la décadence et de la dégénérescence. Quand les antifas défendent les pédophiles (No pedo bashing!), on touche aux derniers tabous de la société: l'innocence et la protection des enfants.

Alors deux possibilités s'offrent à nous: l'Allemagne des années 20 (pornographie généralisée et visible de tous, prostitution ouverte, pédophilie organisée à peine cachée) ou l'Allemagne des années 30 où un leader charismatique travaillant réellement pour le peuple lui a donné à manger et une nouvelle rigueur morale.

Il ne s'agit pas de recréer un national-socialisme, loin de là. Au Québec nous avons eu Duplessis qui était un démocrate qui ne vouait pas un culte à l'État (comme dans la national-socialisme) et qui a été le champion des canadiens-français, qui a haussé leur niveau d'éducation et à qui il a donné un réseau d'écoles digne de ce nom, au point où japonais et allemands sont venus étudier et reproduire nos modèles d'école (respectivement les collèges classiques et les écoles de métiers). C'est la preuve qu'un leader peut exercer un leadership sain en se fondant sur les forces de son peuple et sans devoir forcer le changement des valeurs de la société et sans devoir créer un « homme nouveau » comme dans le national-socialisme, le socialisme et ses variantes communistes.

Pour des survivalistes, la notion de d'effondrement moral n'était généralement perçue que comme un indicateur d'événements à venir et le sujet de bien des suppositions légères quant à l'avenir. Plusieurs jouent même à se faire peur avec ça.

Le fait est cependant que si nous perdons notre Fortuna en tant que civilisation, c'est parce que nous avons délaissé notre Virtù. Comme survivalistes, nous devons comprendre cette notion et pas seulement la comprendre mais la contrebalancer.

On ne combat pas la force avec de la faiblesse. On combat la force par une force plus grande encore. Si vous ne parvenez pas à convaincre vos proches des bénéfices de la préparation, prenez la voie de l'effondrement moral qui ne peut être nié par qui que ce soit. Et faites valoir que celui-ci conduit à l'effondrement global par l'absence d'éthique, de notion de Bien Commun et de tribalismes importés de l'étranger via l'immigration. Fatalement, ils seront obligés de constater que l'effondrement menace directement leur mode de vie et leur confort et les plus responsables prendront des mesures intelligentes: se préparer matériellement et se retrouver une rigueur morale disparue.

En définitive, comme le faisait remarquer Guy Latreille, économiste conseil senior consulté dans l'excellent documentaire Et si l'Apocalypse, « y'a pas de solution individuelle en 2016 à un problème collectif de l'ampleur de celui qu'on va connaître ». (vers 1h06m24s)


C'est pourquoi on ne doit surtout pas négliger l'aspect social, la moralité publique et les valeurs fondamentales et traditionnelles de notre peuple. On devrait même les pratiquer car leur absence est précisément une des causes de notre besoin de nous préparer.

Un grand merci à ceux qui me soutiennent:

FG
- J -
Dan Sullivan
Ainsi qu'aux autres tipeurs et donateurs.
https://vid.me/5o1T4

Commentaires

Lyriko a dit…
Très interressant, bizarrement à chaque fois qu'une personne parle de Machiavel elle s'échine à dissuader de le lire, parfois il fait l'objet d'insulte.
Veut on nous cacher un génie?
Vic Survivaliste a dit…
Bon c'est certain que Machiavel date mais ses constats et ses arguments sont une première et c'est pour ça qu'on le qualifie parfois de fondateur de la science politique.

Faire appel à du "surnaturel" (Virtù, Fortuna), ça ne passerait pas la porte d'une fac d'université (quoique...) mais il faut y voir des concepts qui décrivent bien un phénomène. Après si on veut quantifier il faut aller dans le mesurable. Question de méthode quoi.
Lyriko a dit…
Bonjour, peut être pourriez vous faire une revue de votre bibliothèque dans le but de conseiller des livres qui relèvent le niveau.
J'aime beaucoup les immenses auteurs comme Platon, Aristote, Hérodote et tant d'autres qui font partie de notre patrimoine civilisationnel.
Beaucoup ne savent pas l'élévation de l'âme et l'intelligence que l'on peu recevoir et développer grâce à eux.

Bien cordialement
Marc Desmeuzes a dit…
Lyriko, LE grand philosophe est Aristote pour sa métaphysique et son éthique : "La Métaphysique" et "Ethique à Nicomaque". D'autres évidemment. La Métaphysique est ardue à comprendre mais il n'y a pas de mots abscons. Son éthique est abordable par tout le monde.
Aristote, avant l'ère chrétienne, aboutit à la "philosophie première" que nous appellerons Dieu.
C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle Saint Thomas d'Aquin, le plus Grand de tous les philosophes et théologiens, cite le plus souvent Aristote dans "La Somme théologique", juste après Saint Augustin.

Que ce soit au lycée ou dans les facultés, Aristote n'est plus beaucoup enseigné (sauf "Ethique à Nicomaque") car il est considéré comme de droite, réactionnaire, précurseur du christianisme, négationniste (non pardons je m'emballe), etc ...
Bref, il n'est pas politiquement correct.
En général on préfère entre les deux philosophes (Aristote et Platon) enseigner Platon avec sa fameuse "République". Il est considéré à gauche ce qui ne veut pas dire grand chose en réalité. Mais pour débuter la philosophie c'est intéressant car il pratique la maïeutique qui est une technique qui consiste à bien interroger une personne pour lui faire exprimer (accoucher) des connaissances.

Pour revenir à Nicolas Machiavelli, il affirmait (trouvé cette citation dans une introduction pour montrer la valeur des prophéties, pas toutes, et ne pas les rejeter d'un revers de la main : "Je n'en connais certes pas la raison, mais c'est un fait avéré, que dans toutes l'histoire ancienne et actuelle, il ne se passe jamais de grand malheur sans qu'il soit annoncé par des signes et des prophéties".

Pour l'époque actuelle, pour la comprendre, en science politique, géopolitique, etc ... il y a un incontournable c'est Pierre Hillard !!!
Son livre majeur qu'il faut avoir lu pour comprendre la marche forcée vers le mondialisme et la destruction des nations et de 2000 ans de civilisation chrétienne, est son dernier "L'Atlas du mondialisme" dans lequel il faut préciser qu'il n'y a pas que des cartes, mais énormément d'écrits toujours sourcés, sur ce messianisme démoniaque qui se cache, derrière le mondialisme.
Aux éditions "Retour aux sources".
Pour reprendre le mot d'une personne sur mon facebook qui l'a lu : "ce livre c'est une BOMBE !!!"
Certains l'ont bien compris et boycotte toute pub pour ce livre : quand on parle avec autant de détails de manière sourcée et frontale de la communauté organisée il faut s'attendre à des pépins ...
Malheureusement il n'est évidemment pas invité dans les merdias ... normal ... mais il ne bénéficie pas d'une audience à la mesure du livre dans ce qu'on appelle certains médias dissidents !!!
Comme quoi il ne suffit pas de paraître dissident, ou non politiquement correct, pour être opposé au système. Il y a des sujets que, même là, il ne faut pas aborder, notamment lorsqu'il s'agit de la communauté organisée ........

Merci Vic pour ton article. J'avoue ne pas avoir étudié vraiment Machiavel et ton article est instructif ! Ta voix a l'air d'aller mieux, j'espère que cela va continuer !

Bien amicalement.
Marc.
Lyriko a dit…
Merci pour ton exposé, Aristote serait bien choqué de voir la décadence actuelle.
J'ai lu tout Pierre Hillard sauf son dernier (atlas) il est assez lourd à lire quand même.
Si au moins il nous sortait quelques blagues sur les mondialistes pour adoucir ses textes ça nous permettrait de souffler un peu.

J'ai reçu le livre pleiade des oeuvres de Nicolas Machiavel.

Encore merci Marc et aussi Vic :-)

Printfriendly

Articles les plus consultés