Le survivaliste face aux chocs ethnico-religieux

Le survivaliste face aux chocs ethnico-religieux



Depuis plusieurs mois, il y a un état de guerre ethnique qui est en train de se développer en intensité sur le territoire français, surtout dans son cœur, l'Ile de France. Les tensions ne datent pas d'hier mais l'intensification elle, est récente, tant dans les moyens que dans la fréquence.

Cette guerre est livrée par une partie de l'immigration afro-maghrébine musulmane contre les Français blancs et les forces de police.

Dans le quotidien, il y a déjà fort longtemps que l'antagonisation des Français blancs par de larges pans de la population afro-maghrébine musulmane (mais pas toute la population afro-maghrébine musulmane) a commencé. Rares sont les jeunes femmes blanches de Paris qui ne sont pas exposées à du harcèlement, des injures ou des agressions sexuelles dans les cas les plus graves et cela, sur une base régulière. Cette hostilité est unilatérale: il n'y a statistiquement parlant pas de cas où ce seraient des Français blancs qui cibleraient des minorités pour les harceler ou les persécuter.

Une chose est certaine: le climat social n'est pas sain depuis bien des années et on assiste à une détérioration à grande vitesse.

Depuis plusieurs mois, le nombre d'agressions contre des fonctionnaires de police et des gendarmes « parce qu'ils sont là », est en hausse. Ces agressions se sont aggravées tant en fréquence qu'en violence. Il n'est pas rare que je vois passer dans mon fil d'information des tirs de projectiles contre des policiers ou des gendarmes en patrouille. Récemment, on assiste à de plus en plus de tirs d'armes à feu contre les forces de l'ordre.


On assiste à la même intensification auprès des mêmes groupes responsables mais cette fois-ci en Allemagne, en Suède, au Royaume-Uni. Pourtant, tant les régimes sociaux, politiques, économiques diffèrent d'un pays à l'autre mais la constante demeure la même: des groupes d'afro-maghrébins musulmans ciblent et s'en prennent aux populations de souche ainsi qu'à leurs policiers.


Corrélation entre l'immigration et la hausse du viol en Suède

Ce qui est certain, c'est qu'il y a intensification, il y a radicalisation du discours des agresseurs, il y a une unanime volonté de la part des autorités de ces pays d'étouffer les incidents et de nier le racisme dont les blancs autochtones sont l'objet.

L'Affaire « Théo »


Le jeune Théo Luhaka a affirmé, lors d'une interpellation, avoir été sodomisé par la bâton d'un policier.



Aussitôt se déclenchent des manifs (i.e. émeutes, saccages, pillages et vols) dans le 93 et dans beaucoup d'autres départements. La gauche alimente la rhétorique anti-ordre et légitime les actions criminelles des masses immigrées et anarchistes qui pillent, volent, détruisent le mobilier urbain.

Après enquête, il est apparu que le Théo en question avait entravé l'arrestation d'un vendeur de drogue. Il a fallu quatre homme pour l'immobiliser, ce pauvre petit de 1m94... Une fois arrêté il a prétendu qu'un des policiers avait baissé son pantalon et l'avait sodomisé avec son bâton.

Les images des caméras de surveillance ne corroboraient pas ses affirmations et mais confirmaient la version des policiers.

Après quelques semaines, ledit Théo (membre de la famille d'un ministre congolais et fraudeur de 678,000 euros de subventions publiques) revenait sur sa version et a affirmé que son pantalon, beaucoup trop grand pour lui, avait glissé. Il a déclaré fin mars 2017:

« Mon pantalon n’était pas bien attaché, il tombait. Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c’était volontaire. Ils essayaient de me maîtriser »

Le clivage ethnico-religieux en France fait en sorte que dès qu'un des "leurs" est attaqué ou allègue avoir été attaqué, les esprits s'enflamment. Nul besoin de démontrer, il suffit de dire et ces populations n'en demandent pas plus.

Climat délétère


Le climat qui règne dans les quartiers d'immigrés en France mais aussi en Allemagne et en Suède et, dans une moindre mesure, dans d'autres pays européens, rappelle celui des tensions raciales aux USA et l'huile que jette sur le feu Black Lives Matter

Il ne fait aucun doute que l'hétérogénisation des sociétés occidentales est un facteur majeur d'instabilité: on a beau ajouter autant de vinaigre qu'on veut dans un flacon d'huile, on a beau agiter ad nauseam, huile et vinaigre ne se mélangeront jamais. Ajoutons à cela un discours pseudo-politique (BLM aux USA) ou religieux (Europe) et nous nous trouvons en présence de minorités qui sont prêtes à exploser et qui dans bien des cas revendiquent la suprématie.

Bien sûr tous les membres d'une même minorité ne tiennent pas le même discours. Il demeure que la présence de masses d'exogènes par la naissance ou la culture fait peser sur les sociétés d'accueil de lourdes contraintes et de grands risques car il se trouve parmi ces masses, des gens qui voudront instaurer leurs croyances et leurs valeurs sur la majorité, par le ventre ou éventuellement par la machette, le poignard ou l'AK-47. Rien n'est plus dévastateur qu'une guerre ethnico-religieuse...

Car finalement, force est de constater une chose: ces groupes et ces organisations ne veulent pas améliorer les relations, ils veulent l'affrontement, le conflit, la guerre, la domination et ne cherchent jamais qu'un cassus bellum.

Nous, les survivalistes


Je l'ai déjà mentionné dans d'autres billets et sur ma page FB: le survivalisme bien compris ne conduit pas à la violence; au contraire nous cherchons à l'éviter autant que nous le pouvons: aucun survivaliste ne veut être en prison, à l'hôpital ou à la morgue, incapable de soutenir sa famille et aucun survivaliste ne veut pour autant subir de la violence.

Dans le cas d'affrontements civils ou d'insurrections, enfin, dans un conflit qui ne connaît pas à proprement parler de front, la frontière devient plus floue. Ne pas s'engager dans les forces nationales permet d'être là et de protéger sa famille mais face à une masse d'insurgés qui fonce sur notre maison, on est bien peu de chose et on souhaiterait que des gens se soient engagés dans une unité régulière et soient présent pour nous sauver.

Ceux qui anticipent un conflit ethnico-religieux dans plusieurs pays européens sont bien mal servis car les gouvernements nient cette possibilité et ce faisant, la rend plus probable; les services de sécurité sont aux ordres et sont souvent plus acharnés contre les nationaux autochtones qui dénoncent que contre les racailles qui agissent ou s'organisent et les possibilités de développement d'organisations locales d'autodéfense sont quasi-nulles dans le cadre des lois actuelles.

Il ne reste que le renforcement du lien social, de toutes les manières possibles, depuis la banale socialisation entre voisins jusqu'à la fondation d'organisations ou de clubs sociaux entre gens de même état d'esprit. N'allez pas y voir quelque chose de subversif: à quoi pensez-vous que servent les mosquées pour les extrémistes qui les fréquentent? On peut avoir une mosquée tout à fait pacifiste avec un imam qui abhorre la violence, cela n'empêche pas quelques adeptes de sonder, trouver des gens sensibles à l'extrémisme et de les entraîner dans cette voie car les mosquées sont aussi des lieux de socialisation.

La vérité est que les ennemis de nos sociétés sont déjà en train de s'organiser, bien informellement et souvent sans grandes compétences mais ils le font quand même car c'est naturel, dans leurs cultures d'origines, de se retrouver entre eux, entre tribu. 

Pour le moment, la lutte peut encore se mener sur le terrain politique, notamment en France où des élections présidentielles auront bientôt lieu. Si le FN est élu et qu'il tient parole, il sera probablement possible de sauver les meubles. Sinon, préparez-vous à des lendemains qui déchantent.

Le modèle universaliste occidental, fondé sur la règle de droit et son adhésion par les masses, laisse de glace certains groupes de populations immigrées pour qui de tels principes vont à l'encontre de leur culture ou de leur religion qui place la suprématie tribale et religieuse au dessus de tout. Dans une société occidentale, nous sommes tous des individus et une telle société est fragile quand une partie de celle-ci se voit comme une tribu, « elle » contre « les autres ».

Ce ne sont pas des situations faciles. C'est néanmoins pour l'heure la plus grave menace qui pèse sur nos pays. Une chose est certaine: si ça dégénère, le survivalisme individualiste ne sera d'aucune utilité, peu importe les savoirs, les compétences, les stocks de nourriture et de biens dont vous disposez. Le salut réside dans la cohésion sociale.

—=—

Remerciements aux contributeurs qui m'aident financièrement:


FG
J.
Julien
Dan Sullivan
Ainsi qu'aux autres tipeurs et donateurs.

Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Joel Deplanque a dit…
Bonjour tout le monde,

Je ne m'étendrai pas sur la vidéo de Vic. En effet, j'ai du mal à comprendre qu'un peuple puisse être aussi passif face à l'invasion qu'il subit. L'histoire des Sarrasins et des Barbaresques est là pour témoigner de leur volonté constante et persistante de nous conquérir et réduire en esclavage. Même les sainte Nitouche, baba cool progressistes sont plus ou moins conscients qu'un affrontement est inévitable. Il n'y a que les merdias et autres invertébrés pour le nier. A défaut des fadaises d'Hollandouille 1° et sa clique de bouffons, j'évoquerai pour une fois les prévisions des astrologues sur la question.

Personne ne contestera que Michel de Notre-Dame dit Nostradamus est né le 14 décembre 1503 à Saint-Rémy de Provence, pas plus que l'existence de ses écrits. Chacun est libre de croire ou ne pas croire et de les interpréter. Je ne lis ni dans le marc de café, ni dans les entrailles de chacal ou autre ruminant et me limite quant à moi à les trouver pour le moins troublants.
Astrologue officiel de Catherine de Médicis. Il lui est attribué la prédiction de la mort de son mari le roi Henri II. Il précisa dans ses prédictions la façon dont le roi Henri III serait assassiné (d'un coup de couteau dans le ventre). Il prédit la révolution française en précisant que roi serait arrêté à Varennes.
Il annonça également la révolution d'octobre et l'assassinat de la famille du tsar Nicolas.

Joel Deplanque a dit…
En ce qui concerne le conflit avec les musulmans…

France à cinq pars par neglect assaillie,
Tunys, Agel esmeuz par Persiens ;
Léon, Séville, Barcellonne faillie,
N’aura la classe par les Venitiens. (I, 73)
C’est par ce quatrain que Nostradamus annonçait l’invasion de la France (par cinq cotés) due à sa négligence. Elle serait envahie par les Maghrébins (Tunisiens, Algériens…) poussés par les Perses (l’Orient) ? L’Espagne entière tomberait aussi entre leurs mains et ne serait pas secourue par l’Italie.
Par la discorde et négligence gauloise,
Sur passage à Mahomet ouvert,
De sang trempé la terre et la mer Senoise,
Le port Phocen, de voiles et de nefs couverts. (I, 18)
Ici encore, la prophétie insiste sur la négligence de la France. L’invasion musulmane se fera par le port de Marseille (Phocéa), ce qui s’est confirmé par le fait que la plupart des immigrés maghrébins sont bel et bien arrivés en France par ce grand port de commerce. Ils sont ensuite remontés en "terre et mer Senoise", c’est à dire jusqu’aux berges de la Seine où le sang a coulé.
Grand Roy viendra prendre port près de Nisse,
Le grand empire de la mort si en fera
Aux antipolles posera son genisse
Par mer la Pille tout esvanouyra. (X, 97)
Ce quatrain insinue que le chef des ennemis viendra "prendre port" près de Nice, sans doute à Monaco -séjour traditionnel des princes saoudiens- d’où il dirigera ses opérations de mort. La seconde partie du texte est difficile à traduire. Antipolles pourrait signifier antipodes et genisse (jeunesse) désigner le successeur de ce chef ennemi. La Pille est une manière médiévale de désigner l’Angleterre.
Dans le Danube et du Rin viendra boire
Le Grand Chameau, ne s’en repentira ;
Trembler du Rofne, et plus fort ceux de Loire
Et près des Alpes Coq le ruinera. (V, 68)
Nostradamus semble avoir prévu l’invasion de l’Europe par les musulmans qu’il désigne ici comme "le grand chameau" qui ira boire les eaux du Danube et du Rhin. Et il ajoute "Tremblez ceux du Rhône, encore plus ceux de la Loire". Mais, près des Alpes, le coq (gaulois) le ruinera (le vaincra).
De sang Troyen naistra cœur Germanique
Qui deviendra en si haute puissance ;
Hors chassera gent estrange Arabique,
Tournant l’Eglise en pristine preeminence. (V, 74)
On peut traduire ce quatrain en disant qu’un homme d’origine germanique, un héros semblable à ceux de Troie, se hissera à la tête de l’Europe et chassera les musulmans (gent estrange Arabique : étrangers d’origine arabe).

Voilà. Perso, je ne peux vivre au milieu des Sarrasins et de leurs complices suce-babouches. J'ai donc quitté la France défigurée et développe un projet de BAD en zone tropicale. Quatre Sarrasines voilées de la tête aux pieds ont débarqué à l'aéroport du pays où je vis. Mobilisation immédiate de la population présente dans l'aéroport et retour à l'envoyeur des enturbannées. Ici les violeurs d'enfants sont enterrés vivants. Qui est le plus sauvage, celui qui compatit sur les coupables ou celui qui les sanctionne ?
J'arrêterai là, étant un horrible factieux, réactionnaire, facho, etc. Je conclurai en disant que je suis favorable à la désintégration de ceux refusant de s'intégrer chez nous. C'est assez simpliste, hein ?
Marc Desmeuzes a dit…
Bien d'accord avec Vic et Joel Deplanque, comme d'hab !!!

En France, quand il y a un attentat on apporte des fleurs et des bougies : ce n'est pas ça la guerre ... !!!
Il va y avoir beaucoup d'étonnement et d'effarement lorsque ça va vraiment barder, s'intensifier.

Autre exemple : les français désertent de plus en plus certains HLM car ils ne supportent plus les ascenseurs vandalisés (quand il y en a), les boites à lettres cassées, le deal de drogue tout proche, les voitures vandalisées ou carrément cramées, etc ... Ce qui fait que les émigrés deviennent les seuls résidents de ces endroits ... C'est le communautarisme ... Terrible !

Quant aux manifestations très nombreuses contre les violences policières qui finissent toujours par des dégâts : ils cassent tout sur leur passage car ils ont la "rage" disent-ils ... Est-ce une raison ? Et en plus ils sont autorisés et compris pour les autorités, le gouvernement, le président, etc ... : incroyable, c'est le monde à l'envers !
Mais nous sommes en état d'urgence, non ?
Pourquoi autoriser toutes ces manifestations ?

Il y aurait tellement à dire.

On se dirige tout droit vers le CHAOS !!!

Bonne semaine à tout le monde.
Marc.
Joel Deplanque a dit…
Bonjour et merci Marc,

J'aurais du mettre des guillemets à merci tant ton commentaire réveille de plaies béantes...
Aujourd'hui en Guyane, on a vu une délégation ministérielle tenter de discuter avec des interlocuteurs en cagoules qui l'ont refoulée vigoureusement, voulant que ce soit le premier sinistre de ce gouvernement au bout du rouleau qui vienne négocier.
Une délégation ministérielle tenter de discuter avec un groupe d'interlocuteurs en cagoules... Même en Corse on n'a jamais vu ça. En plein état d’urgence, les mecs déambulent peinards, barrent les routes, font fermer les magasins... C'est tout de même assez symptomatique de l'état de délabrement de la puissance publique.
Cette situation fait suite à un niveau de criminalité record (merci à la taubira...) et peut dégénérer gravement. On se bat déjà pour du pain, pénurie de nourriture, de carburant et grève générale votée à compter de demain lundi.
Plus comique, le bouffon prétendument en tête des sondages a dit aujourd'hui que la Guyane est une ile ! Le tocard a encore gagné des voix...
J'ai passé vingt ans là-bas, c'était un paradis.
Affaire à suivre.
herve scala a dit…
Bonjour Vic!
Bonjour Vic ! j'ai compris que la majorité des musulmans en avaient rien à foutre de la France et des blancs bien avant l'épisode Charlie et les tueries du Bataclan et des terrasses .Au lendemain du Bataclan à part les pleurnichards habituels, rien à part le grand recteur de Paris et son blabla habituel, rien. J'espérais une grande manif des musulmans pour dire non à tout ça ( oui cela fait Bobo et naïf mais j'espérais), rien toujours rien . Qui ne dit rien consent, vieux proverbe plein de bon sens . Depuis je cherche autour de moi des hommes prêts à défendre leur terre, leurs familles, leurs croyances . Ils ne sont pas nombreux, hélas mais ils existent . Merci pour ton article sans langue de bois et sans partie pris, les faits rien que les faits.
herve scala a dit…
Bonjour Marc et Joel, Marc entièrement d'accord avec toi sur le délabrement des cités HLM qui sont devenus des petites Alger, j'ai vécu 28 ans à la bordure d'une cité chaude, vous savez la cité qui à " inventer" les voitures brûlées à Nouvel an et finalement je ne voulais pas que mes enfants grandissent dans ce milieu et je l'ai quitté sans regret pourtant j'avais de bon amis mais, réglos, bosseurs, bref de bon gars .Joel je suis d'accord avec toi sur la Guyane même s'il me semble que les cagoulés sont aussi des milices de défense anticriminalité . En même temps ses cagoulés sentent fort les indépendantistes est ce le cas ? Merci pour ta réponse, si tu trouves le temps.
Joel Deplanque a dit…
Très bonne question.
Vaste problème.
Réponse partiale et partielle, car fruit d'un vécu personnel…
J'ai vécu vingt ans en Guyane, ai adoré ce qui était un paradis proche de l'Éden primitif. C'est une autre planète, un univers à découvrir. En-dehors des incontournables périodes d'insouciance, j'y ai assisté au lent délabrement des conditions de vie, à une communautarisation des problèmes. J'aurai aimé suffisamment la Guyane, pour - face à une mutation - démissionner de l'administration et me lancer à mon compte afin d'y demeurer. Preuve qu'il ne suffit pas de claironner "j'aime la Guyane" à tout-va pour que ce soit vrai. Ensuite, ce fut la décadence, celle aboutissant à la situation d'aujourd'hui. Je n'aimais plus, le disais et nous sommes partis en tant qu'entrepreneurs pour dix ans de Québec où nous avons tout perdu...
Beaucoup de Guyanais ne supportent plus la situation actuelle. D'ailleurs, quand il y a plus de quarante meurtres en trois mois pour une population de 300 000 habitants, qui supporterait ça ? Sans compter les meurtres de garimpeiros qui ne sont pratiquement pas comptabilisés (Ce sont des clandestins, ça se passe en jungle, etc.). La colère me semble justifiée et beaucoup de populations auraient réagi plus tôt et plus fermement, surtout lorsque malgré les demandes en termes de sécurité, la réponse du pouvoir est quasi-inexistante…
Il faut dire que depuis des décennies, tous les gouvernements ont considéré cette ex-terre du bagne avec un certain mépris. La Guyane joue toujours un rôle de poubelle de la métropole. Les gouverneurs se nomment désormais préfets et sont mutés en Guyane les fonctionnaires indésirables, trainant plus ou moins de casseroles au cul et autres interdits de séjour. La nécessité d'un maintien de non-développement est assurée par le système de l'octroi de mer (qui remplace la TVA). Maintien dans l'assistanat empêchant toute rébellion de la part d'une population déresponsabilisée. Le foncier est de type Union Soviétique, le sol appartenant très majoritairement à l'État. Économie monolithe avec la base spatiale de Kourou… Le reste n'est qu'une économie de comptoir tenue en grande partie par les Chinois. Il est difficile d'y lancer un projet n'assurant pas de rentrées fiscales via le sacro-saint octroi de mer. J'avais déposé "le plus beau projet touristique de Guyane". Tombé à l'eau... J'avais fait tous les bureaux des décideurs de Guyane pour présenter le porteur du projet Livingstone (sciage de granit) plus important que la base spatiale. Tombé à l'eau… Les initiatives sont systématiquement découragées alors que dans le même temps on pleurniche pour plus de développement. L'économie tient par le versement de prestations sociales et les embauches plus que pléthoriques au sein du fonctionnariat territorial. De temps en temps débarque un ministre disant aimer la Guyane qui distribue quelques bonbons et rentre vite en France après une balade en pirogue.
Joel Deplanque a dit…
Cette situation ne peut pas perdurer indéfiniment. Il n'est pas possible de refuser toute dignité à une population et de la maintenir sous perfusion. Alors, face à cette criminalité croissante, ces difficultés d'accéder au foncier, une immigration clandestine incontrôlée, il est logique que la population se rebelle. La force de contestation la plus puissante étant le syndicat UTG à tendance indépendantiste, c'est lui qui aura motivé la rébellion. Je ne dis pas que les 500 frères sont indépendantistes. La Guyane a voté à plus de 80% pour le maintien au sein de la république française.
Il ne faut pas être manichéen. Je pense que la responsabilité de la situation est très largement celle des gouvernements successifs. Dire que le Guyanais est fainéant est certainement exact, du moins en partie. Mais il me semble que c'est plus le fruit d'une politique qu'un état naturel. Comment reprocher à quelqu'un que tu payes à ne rien faire qu'il ne veut pas travailler ? Un peu facile, non ? Il en va de même pour certains chômeurs longue durée de France métropolitaine…
Il y aurait beaucoup à dire sur la question. Je suis le premier à me désoler de l'évolution qu'a connue la Guyane. C'était un paradis et nous l'avons sacrifié.
Lyriko a dit…
Salutation a tous,
Théo Luhaka aurai probablement été ''puni'' par ces congénères dealers (blessure dans son fondement)
http://www.pourlesnotres.fr/2017/03/affaire-theo-un-pv-suggere-que-le-jeune-homme-etait-un-indic-et-aurait-ete-viole-par-des-dealers/

Sa famille aurai aussi détourné 680 000 euros, dont 50 000 euros pour lui.
donc son témoignage contre le policier est il crédible ?
On est loin du héro au grand coeur persécuté http://www.ladepeche.fr/article/2017/02/23/2522964-famille-theo-aurait-detourne-plus-680-000-euros-fonds-publics.html
Dan Czak a dit…
Salut à tous.

Le bordel à Paris est effroyable et indéniable,à qui la faute ?
14 pays Africain parlent notre langue, nous payons aujourd'hui le prix de notre colonisation, l'Angleterre idem.
Quant à savoir s'il y a complot ou volonté de remplacement de la population autochtone par une négroïde ? je dirais non, certains font entre 5 et 7 enfants quand nous n'en faisons qu'un, nous allons être remplacé, c'est un fait inéluctable, c'est le souci de toute société ayant atteint un certain confort, elle ne veut bien entendu plus le perdre.
Si nous nous ne mettons pas en place une dictature pour nous sauver les fesses, nous en subirons une autre.
Et quant à ceux qui sont à l'étranger et qui on trouvé l'Eldorado, content pour eux mais pourquoi vouloir créer des BAD sur place ou être survivaliste, c'est un non-sens.

Vic, ça à l'air d'aller mieux, heureux pour toi.
Joel Deplanque a dit…
Bonjour tout le monde,

Je ne pense pas que ce soit un non-sens de se faire une BAD là où on est bien. Serait-il plus logique de choisir une destination où la situation est dégradée ou en passe de le devenir pour justifier la démarche ? Ce serait un peu comme le type qui se frappait le crâne à grands coups de marteau, parce que quand il s'arrêtait, ça lui faisait du bien...
Aucune situation n'est gravée dans le marbre et tu pourras faire plusieurs tours de la planète sans trouver l'Eldorado. Je pense qu'en cas de crise financière systémique tous les pays seront impactés. Autant choisir un pays pauvre où le différentiel entre situation "normale" et temps de crise sera plus faible que dans des pays développés.
D'autre part, je préfère payer un crédit qu'un loyer, vivre à la campagne qu'en ville. Si en plus je gagne mon autonomie alimentaire et en sécurité, pourquoi m'en priver ? Et puis, ne faut-il pas un jour poser ENFIN ses valises ?
Même si j'y aurai connu une sorte d'antichambre du paradis, je n'ai jamais souhaité construire en Guyane, me doutant que la situation se détériorerait gravement. 300 000 habitants, plus de 40 meurtres en 2016... Voir le bordel actuel, et celui à venir.

Pour le reste, d'accord avec Dan, d'autant plus que nous sommes assez stupides pour encourager un envahisseur déjà prolifique à se reproduire en lui payant des allocations... En termes de connerie, ça me semble assez dur à battre. Mais bon, il faut croire que s'il n'avait pas voulu qu'on les tonde, Dieu n'aurait pas mis de laine sur le dos des moutons...

Dan Czak a dit…
Salut

Je pense qu'il est plus dangereux de vivre en Guyane qu'en métropole, s'il y a massacre ce sera sur la population blanche et sans attendre non parce qu'elle est blanche mais parce qu'elle est assimilée à la bourgeoisie et pouvoir et bien sur minoritaire.

Tu dis que tu te doutais que la situation se dégraderait en Guyane ? ce n'est pas en Guyane que tu gagneras autonomie et sécurité, si ça se dégrade, tu seras évacuer manu-militari,(si tu sa de la chance), tu as l'air d'être un homme avisé et en tant que survivaliste, se barrer avant aurait été un choix judicieux.

Si je devais choisir un petit pays de 300 000 âmes, je l'aurais choisi où les blancs sont en majorité et le climat peu propice à l'immigration babouches et claquettes.
Joel Deplanque a dit…
Dan, je crois qu'en ce qui concerne ma modeste personne tu as besoin d'une mise à jour des données (LOL).
J'ai passé vingt ans en Guyane, mais je n'y vis plus depuis 2003. Nous sommes partis en 2003 au Québec où nous avons tout perdu et l'avons quitté le 23 octobre 2013 pour la Bolivie. Là nous vivons peinards, au chaud, à la retraite et entourés de gens hospitaliers et souriants, sans agressivité.
Dans mon livre "OU SURVIVRE A L’EFFONDREMENT" je précise bien que la Guyane n'est pas du tout une destination sécuritaire. Elle ne l'est déjà plus en temps normal... De plus, vivre en forêt guyanaise nécessite une somme de connaissances qui ne sauraient être acquises à la descente de l'avion. Bref, il est clair qu'en cas de crise grave, la situation tournera en chasse aux blancs et s’achèvera en remake de Kolwezi. J'ai trop souvent entendu là-bas "c'est le blanc qui fait l'argent" et je sais que la main qui ne nourrit plus sera toujours mordue.
La situation actuelle en Guyane est la conséquence de plusieurs facteurs. Je comprends et soutiens la population qui manifeste. Qu'il s'agisse de la volonté des pouvoirs parisiens de non-développement, de maintien dans l'assistanat, de persistance d'une économie de comptoir, de l'absence d'activités économiques locales, de voir perdurer le caractère monolithe de l'économie principale (CNES Ariane Espace). Lorsqu'on y ajoute une immigration sauvage, une insécurité insupportable, un manque de cohésion sociale (mosaïque ethnique), un accroissement rapide de la population, l'orpaillage clandestin, la drogue, le chômage, le manque de formation, les carences en infrastructures, on constate que l'on y vit sur une poudrière qui peut exploser n'importe quand. Et elle explosera.
Un autre élément qui n'est évoqué par personne est la différence concernant l'attachement à la nation France. Plus de 80% des Guyanais sont pour le maintien dans la république. Dans le même temps une majorité de Français de l'hexagone (dont moi) est favorable à l'indépendance des DOM-TOM. Il y a là un important point de friction.
Si les trottoirs de Guyane sont encombrés de déjantés souvent crasseux, en Bolivie il n'en est rien puisque aucune assistance ne leur serait prodiguée. En Guyane, à la vue de ces baba-cool toujours moralisateurs, nous disions : "C'est sale ? C'est blanc ? C'est un enseignant !". Bien sûr, la majorité des enseignants n'entrait pas dans cette catégorie, mais une estimation de 70% de fumeurs de joints est couramment évoquée. On n'évoquera pas les pédophiles, touristes sexuels et autres invertébrés sévissant au sein de différents services et organismes. La Guyane a conservé son rôle de poubelle...
L'époque du "On dirait le sud... Le temps dure longtemps..." est révolue. Je l'avais prévu. J'ai anticipé et me suis barré de ce désormais et durable cloaque.

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Débuter intelligemment en survivalisme: Attitude