L'eau de javel


L'eau de javel

L'eau de javel est au cœur de la préparation du survivaliste. On ne peut tout simplement pas s'en passer. Elle sert à désinfecter l'eau mais aussi les planchers, les murs, les vêtements. On l'emploie en alimentation comme dans la lutte aux virus, aux bactéries et aux moisissures.

Bien sûr dans la vie quotidienne normale que nous connaissons, l'eau de javel n'est pas d'usage courant et pour s'en procurer il suffit d'en acheter au supermarché.

Et en cas d'effondrement économique? L'effondrement économique s'accompagnera aussi d'un effondrement de la production industrielle, de la distribution de masse et sûrement aussi de la technologie.

C'est précisément à ce moment que nous risquons d'en avoir le plus besoin. Les ressources humaines et matérielles et financières se faisant plus rares il est possible voire probable que les infrastructures de traitement de l'eau potable soient moins bien entretenues ou que les produits désinfectants viennent à manquer.

Improbable?

Les mesures d'austérité, partout sur la planète, se sont toujours transformées en crises sanitaires.

Seulement au Canada, il y a eu la crise de l'E-Coli à Walkertown, celle de la viande contaminée par la bactérie Listeria dans l'usine de charcuteries de Maple Leaf et chez XL Food, le plus grand abattoir du Canada.

Ce sont des exemples de ce qui finit par se produire quand on coupe les frais d'exploitation, quand on recherche, dans ces cas-ci, un peu plus de profits en diminuant les coûts des contrôles et des inspections.

De tels scénarios sont courants. 

Les gestionnaires privés et publics sont toujours à l’affût d'économies afin de réaliser plus de profits et peu souvent pour la sécurité sanitaire. 

En cette ère d'austérité en Occident, ère destinée à durer, on ne peut plus se permettre de se fier aveuglément au système en place et aux gestionnaires qui l'administrent. 

Trop d'exemples démontrent qu'ils sont de plus en plus faillibles. Non seulement sont-ils plus faillibles et faillissent-ils plus mais ce qu'ils apprennent dans les écoles de commerce, c'est à réaliser des profits, pas à nourrir une population, la maintenir en santé ou lui fournir des emplois. 

Tout ce long détour pour en arriver à une conclusion: mieux vaut être prêt à traiter notre eau parce que nous ne savons jamais d'avance quand notre eau cessera d'être potable. Et l'un des moyens par excellence est la purification de l'eau à l'eau de javel.

Histoire de l'eau de javel

L'usage de l'eau de javel s'est répandu à la fin du XVIIIe siècle d'abord en France puis dans toute l'Europe et enfin dans le monde entier.

Elle a d'abord été été découverte par Carl Wilhelm Scheele, chimiste suédois en 1774. Ce grand chimiste a identifié plusieurs éléments dont l'oxygène et le chlore. 

Il a aussi notamment isolé le manganèse. 

On lui doit beaucoup, quoi!

C'est Claude Louis Berthollet, chimiste de son état, qui a découvert les propriétés décoloratrices de l'eau de javel.

Dès lors, les usines de production d'eau de javel ont commencé à fleurir. 

Son eau de javel est devenue assez rapidement une lessive fort populaire.  

Berthollet devrait être révéré par les survivalistes, prévoyants et "homesteaders" puisqu'outre l'eau de javel, il a aussi découvert et prouvé les propriétés purificatrices du charbon.

Mais celui qui a définitivement révolutionné les techniques de purification de l'eau, ou du moins celui qui a rendu accessibles à tous un moyen simple et efficace de purifier l'eau, c'est le pharmacien Antoine Germain Labarraque.

C'est en effet à Labarraque qu'on doit la découverte et la démonstration des propriétés désinfectantes de l'eau de javel, ouvrant ainsi la porte à la possibilité de purifier l'eau à une grande échelle mais surtout, dans le cas qui nous intéresse, à une petite échelle, celle de gens qui veulent s'assurer de boire une eau saine et sans agents pathogènes en activité, dans toutes les situations et dans tous les contextes.

C'est nous ça!


Filtration et purification

Avant de poursuivre il convient de faire quelques petites précisions.

Filtrer et purifier l'eau sont deux activités complètement différentes.



Bassin filtrant
La filtration de l'eau est une opération mécanique qui consiste à séparer les corps étrangers contenus dans l'eau de l'eau elle-même. On utilisera des tamis, du gravier, du gros sable, du sable fin et finalement du charbon activé.

Après cette filtration, il peut rester des agents pathogènes de type viraux ou bactériens. On les rend inactifs par la purification.


La purification est une opération qui consiste à tuer tout ce qui est vivant dans l'eau, afin d'éliminer les risques de développer une maladie. Certains filtres peuvent aussi purifier l'eau, quand ils ne laissent passer que les objets de deux nanomètres et moins. Toutefois la technique de purification la plus courante consiste à utiliser des produits chimiques, spécialement du chlore mais aussi de l'eau de javel.

Fabriquer son eau de javel

La fabrication de l'eau de javel est somme toute assez simple.

L'eau de javel est une solution chlorée. Sa formule est NaClO. Si on décortique la formule chimique nous trouvons du Sodium (Na), du Chlore (Cl) et de l'Oxygène (O)

Nous avons donc besoin de chlore, de sodium et d'oxygène.

Où les trouver?

On sait que la formule du sel est NaCl, son nom scientifique est chlorure de sodium. On y trouve donc le sodium et le chlore nécessaires à la production de l'eau de javel.

L'oxygène se trouve partout, notamment dans l'air (O2) mais aussi dans l'eau (H2O). Nous avons besoin d'adjoindre au NaCl de l'O afin de produire cette eau de javel.

Cela se fait par électrolyse

Par réaction à l'électricité (je résume là, hein! car c'est un peu plus complexe que ça), il y aura formation de NaClO, notre eau de javel tant convoitée.

Proportions

Nous avons donc besoin d'eau, de sel, d'une anode, d'une cathode, de fils et de piles produisant de 3 à 12 volts et finalement un pot en verre.

La proportion d'eau et de sel que j'utilise est la suivante:

1 litre d'eau froide
25 grammes de sel

On dissout complètement le sel dans l'eau de manière à former une solution salée.

En suite, on plonge dans l'eau l'anode et la cathode qu'on relie à nos piles. Il faut du courant continu d'où l'usage de piles. Dès que les électrodes sont plongées dans l'eau on doit absolument remuer la solution sous peine de produire autour d'une électrode du dichlore et autour de l'autre de la soude, sans eau de javel.

Assez rapidement on peut sentir l'odeur de l'eau de javel. Laissez se dérouler la réaction jusqu'à sa fin.

MISE EN GARDE: le chlore est très toxique et la réaction produit du chlore. Beaucoup de ce chlore demeure dans l'eau mais une partie s'en échappe. Si vous voyez se dégager un gaz jaunâtre, coupez le courant et quittez la pièce. La réaction produit aussi de l'hydrogène, gaz hautement inflammable: tenez toute source de chaleur et toute flamme loin de votre montage.

Cette manipulation ne devrait être faite que dans des environnements bien aérés, en extérieur ou dans une pièce bien ventilée et en présence d'adultes qui comprennent ce qu'ils font.

Par la suite vous pouvez stocker votre eau de javel ainsi obtenue mais n'oubliez pas de la renouveler à tous les 6-9 mois si vous ne l'utilisez pas car elle perd ses propriétés avec le temps.

Conclusions

Gros sel. On le broie au mortier avant de
le dissoudre dans l'eau.
P.S. du sel cachère ne fait rien de plus
sinon coûter plus cher.
Fabriquer de l'eau de javel est facile pour peu qu'on dispose de sel et d'électricité sous forme de courant continu.

Un sac de 20 kg de gros sel coûte peu (moins de 10 dollars) et vous permet de vous approvisionner en eau de javel pour une longue période, pour peu que vous disposiez d'une source de courant continu de 3 à 12 volts.

Cette électricité on la trouve dans des piles rechargeables ou des batteries de véhicule automobile. 

De là l'importance de posséder des piles rechargeables ainsi que des moyens de les recharger, par génératrice, par cellules photovoltaïques, par la force du vent, des courants, du mouvement de l'eau ou même de la vapeur. Mais c'est une autre histoire.

Dans tous les cas, soyez toujours prudents lorsque vous faites de l'électrolyse de produits qui peuvent dégager des substances dangereuses. Le sel n'est pas dangereux en soi (sauf abus) mais les éléments qui le composent, une fois séparés, sont très toxiques, voire mortels.



À lire en complément, sur la manière de fabriquer de l'eau de javel (vidéo):

http://preparationquebec.blogspot.ca/2014/08/guide-pratique-desinfection-chimique-de.html
Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Vic Survivaliste a dit…
J'ai fait un test il y a trois mois et tout récemment.

J'avais acheté deux bouteilles d'eau de javel respectivement à 7 et 10%, plus que ce qu'on trouve normalement en supermarché. C'était il y a un peu plus d'un an.

J'ai renouvelé mes stocks après 6 mois mais j'ai décidé de garder mes deux bouteilles plus longtemps, juste pour voir.

Ces bouteilles n'avais jamais été ouvertes.

Après 9 mois, j'ai ouvert à 7%, l'odeur chlorée typique de l'eau de javel était nettement moins puissante, je dirais autour de la moitié de sa force normale.

Après 14 mois, j'ai ouvert ma bouteille à 10%... Il fallait se coller le nez sur le goulot pour sentir l'odeur de javel, tellement son contenu avait perdu de sa force.

Moralité: renouvelez vos stocks à tous les six mois et soyez toujours en mesure d'en produire: piles (rechargeables avec chargeur solaire ou autre), anode et cathode, sel, eau.
Stéphane a dit…
Bonjour Vic,

Je te suis depuis le début de 2012 et j'en profite pour te féliciter pour ton excellent travail. Avec le site de Vol West, vous êtes les deux sites que je suis d'une façon quasi religieuse.

Lorsque tu agites l'eau lors de l'électrolise, est-ce un procédé qui prend beaucoup de temps?

Est-il possible de savoir à quel pourcentage est l'eau de javel produite?

Merci à l'avance!

Stéphane
Merci Vic ! J'ai appris et en plus je peux mettre en pratique. Un article propre ! ;-)
Vic Survivaliste a dit…
Oups! petite coquille, ce n'est pas en 1886 mais bien 1774 que l'eau de javel a été découverte.

@Stéphane: je vais faire une vidéo là dessus très bientôt. Non seulement tu va le "saouère" mais tu vas le "ouère" (Yvon Deschamps!)
Jean Laterreur a dit…
Je pensais que l'eau de Javel était beaucoup plus compliquée à produire...incroyable vu ses vertus !
Anonyme a dit…
Merci pour ce très bon article mais il faudrait nous apporter de plus amples précisions sur la fin du processus , car comment comment sait on de l'on a obtenu de l'eau de javel et le temps que cela prend. Je suis d'accord avec le commentaire de Stéphane.
Merci du temps que tu prends pour nous informer, tu fais du trés bon travail, bonne continuation, cordialement.
Jean Laterreur a dit…
Salut,

j'ai trouvé complètement par hasard qu'avec de l'eau de javel et de l'acétone on peut faire du chloroforme très facilement. C'est risqué mais il a été jadis utiliser comme anesthésique général ( opérations, accouchements,etc.) et comme conservateur pour la viande

http://www.youtube.com/watch?v=3T0FTo0QzhM
Je crois que nous te devrons tous un jour une fière chandelle.
Alors merci beaucoup pour tes précieux conseils ! ;-)
Anonyme a dit…
Merci pour cette vidéo essentielle Vic. je croyais que l'eau de javel était beaucoup plus compliquée à faire que cela.
ses proprietés anti septiques sont immenses, puisque qu'elle " tue" meme le virus du sida. ( et autres virus et bactéries : cela dépend du temps de pause, on s'en sert meme lors des fievres hémorragiques virales pour décontaminer l'environnement du patient ) Pendant la préparation à une pandémie, en france, nous avions relancé la production locale de javel afin de ne pas dépendre d'autres pays.
en france nous avons de la javel à 2.6%... il y a des protocoles de décontamination trés sérieux faits par les agences de santé ( tenir compte du fait que c'est 2.6% en france), l'OMS avait meme publié un document lors de la crise ébola, expliquant la bonne concentration à utiliser pour tuer ce virus..
donc oui, votre doc est essentiel...reste à trouver les electrodes en graphite... merci infiniment, car le probléme de la javel est qu'elle se dégrade au fil du temps et qu'avec un monde géré just in time, il vaut mieux savoir se débrouiller tout seul.
Anne
Vic Survivaliste a dit…
Merci Anne, on en trouve facilement sur Internet. Sur Ebay : "électrode graphite" ou en anglais "graphite electrodes", sur Aliexpress et ailleurs. Bonne chasse!
Heindryck B a dit…
Bonjour tous le monde consernent l'eau de javel vous avez pensé a l'eau de javel en pastille qui se conserve beaucoup plus longtemps. Merci a vous
Vic Survivaliste a dit…
Ce n'est plus de l'eau de javel dans ce cas, et il a été évoqué ailleurs. Ce billet parlait de la fabrication de l'eau de javel.
pascal a dit…
Bonjour
je "débute dans le domaine.Je trouve vos articles ainsi que ceux de West hyper intéressants.
Concernant la production d'eau de javel, quelle matière doit etre employée pour l'anode et la catode?Merci d'éclairer ma lanterne.
Alain Pahler a dit…
Bonjour Vic,
Une question bête, avec de l'eau de mer, cela peut fonctionner ?
Vic Survivaliste a dit…
Ça devrait Alain Pahler

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Niveaux d'alerte