Reality Check

Parce que la réalité, c'est la seule chose qu'on ne peut pas se permettre d'ignorer.

Cet article se veut en quelque sorte un wake up call ou en bon français, un appel-réveil. Je veux ici partager mes perceptions et ma compréhension du monde tel que nous le connaissons avec ceux qui préparent l'après-monde tel que nous le connaissons.

Réalité #1 - Ceux qui décident du sort des autres ne décident pas dans l'intérêt des autres, ils décident pour eux.

Réalité #2 - La moralité du commun, i.e. on ne tue pas, on ne vole pas, on ne dépossède pas, on ne détruit pas, n'est pas la moralité de ceux qui décident.

Réalité #3 - Les solutions aux problèmes de la société, elles ne sont pas toujours simples mais elles existent. Pourquoi elles ne sont pas implémentées? Parce que ceux qui en décident ont d'autres intérêts en tête que ceux du Peuple et surtout de notre Planète.

Réalité #4 - Qu'ont en commun une banque, une chaîne de restaurants et un centre commercial: ils veulent que nous consommions et que nous dépendions d'eux davantage chaque jour.

Réalité #5 - La fin en soi, dans notre civilisation, c'est posséder de l'argent et du pouvoir sur les autres, ce qui maintient la dépendance autant des possédants que des possédés.

Réalité #6 - La guerre entre nations n'est qu'une autre forme d'enrichissement pour les oligarchies. Pour certains États c'est un autre moyen d'établir la suprématie commerciale de ses oligarques.

Réalité #7 - L'hypocrisie règne: les panneaux sous les caméras de sécurité indiquent qu'elles sont là pour vous protéger et maintenir les prix bas. La réalité c'est que nous sommes épiés, constamment, partout: commerces, gouvernements, moteurs de recherche, agences de renseignement, police, etc.

Réalité #8 - Le pouvoir ultime, ce n'est pas la hiérarchie, ce n'est pas la propriété privative, ce n'est pas la Loi, le pouvoir ultime, c'est la capacité à détruire les choses et les gens. Qui peut détruire une chose contrôle cette chose (Dune, de Frank Herbert).

Réalité #9 - Les parasites dans le monde actuel sont les gens qui ne gagnent pas d'argent. Dans le monde après celui-ci, ce seront ceux qui ne produiront rien de concret ou d'utile ou de durable

Réalité #10 - Ignorer une chose ne la fera jamais disparaître. En fait à l'ignorer trop longtemps, c'est nous qui disparaissons.

Réalité #11 - Les dettes souveraines des États, combinées à l'argent créé par les banques, sont un système établi dans le seul but de voler la souveraineté des États afin de maintenir leurs populations dans l'état de débiteurs perpétuels.

Réalité #12 - Nous ne sommes pas égaux, entre individus. Malgré l'American Dream, malgré les beaux discours sur l'égalité des chances, ceux qui démarrent dans la vie avec les bonnes ressources et les bons contacts réussiront facilement. Ça n'a rien presque à voir avec le talent, ça a à voir avec où on est né.

Réalité #13 - Ce qui est "donné" par les possédants (oligarques), c'est toujours ce qui leur est utile à maintenir leur emprise. Ce "don" est repris quand il ne leur est plus utile.

Réalité #14 - La mode est au privé depuis quelques années: le privé coûte la même chose que le public, avec en plus un profit pour les actionnaires. Méfions nous des promesses des entrepreneurs car leur but ce n'est pas la création d'emplois, ce n'est pas le bien-être de la population, ce n'est pas la démocratie: c'est le profit. Le profit n'est pas mauvais en soi mais du moment qu'on le fait entrer dans une équation il a tendance à tout gonfler.

Réalité #15: Pour le commun des mortels, il y a le Bien et le Mal. Dans le haut de la pyramide socioéconomique, de telles notions n'existent plus: seuls comptent leurs gains et les pertes.

C'est dans ce monde là que nous vivons. Ce n'est pas faire de la politique que de le constater. Jouer l'autruche ne réglera rien non plus.

Que pouvons-nous faire?

Vivre droit, être des piliers de droiture et de décence, être prêt à tout pour défendre et protéger sa famille, devenir un exemple par notre refus de croire en ce système qui gaspille les ressources de la Terre et maintient toutes les populations qui sont sous sa coupe dans un état de dépendance. Et finalement, se préparer, travailler dur à produire du concret, devenir autonome, puis indépendant et faire rayonner ce nouveau modèle plus sain autour de soi, pas pour convertir des nations entières, seulement pour convertir des individus et les inviter à joindre notre mode de vie.

Je suis de ceux qui croient que le survivalisme, spécialement depuis l'émergence des preppers inspirés de l'équilibre écologique et du développement durable, sont les fondements de ce qui sera après ce qui est actuellement. Je ne veux pas du Far West et je ne veux pas non plus de Germinal.

Je rêve d'une société d'hommes et de femmes libres, unis pour le bien commun et surtout pour le bien de l'environnement et de l'avenir de notre Espèce. Juste cela, ça réglerait la très grande majorité des problèmes que nous créons par notre mode de vie post-industriel et terriblement énergivore.

Cette année, il y a de grands risques que ça éclate mais à terme, d'ici cinq ans, ça VA éclater. Ce n'est pas seulement notre survie dans cette vaste crise qu'il faudra préparer, et croyez moi que quand ça va chier, ça va chier très solide. C'est aussi, surtout, la vie d'après. Celle-là aussi se prépare maintenant.

Réagissez sur 


Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Armes à feu: les fondamentaux