Que le Grand Crique me Troque!

Que le Grand Crique me Troque!


Une des choses les plus importantes à préparer et qui est trop souvent négligée, c'est la reprise d'échanges économiques.

Je crois qu'il est raisonnable de dire que peu importe le type de crise que nous pourrions affronter, il y aura trois constantes invariables qui surviendront:

1) L'argent ne permettra plus d'acheter de biens essentiels si ceux-ci manquent et si les structures de distribution sont perturbée, physiquement ou financièrement. La monnaie de papier ne vaudra probablement plus rien, spécialement dans le cas d'un effondrement économique.

2) En l'absence d'échanges économiques (un bien contre de l'argent ou un bien contre un autre bien), le seul moyen de se procurer des biens sera la force et la violence.

3) Posséder des biens à échanger fait de nous une cible mais nous place dans une situation où on peut se procurer ce qui nous manque.

Nécessité de faire commerce


Le commerce est un liant entre les peuples et les communautés. C'est ce qui permet l'entrée en relation, le maintien des liens et l'intérêt de préserver une entente. Vous n'allez pas accueillir l'acheteur potentiel de votre maison ou de votre voiture avec un air bête. Non, vous souriez, serrez la main et lui fait de même car vous avez un intérêt commun: une transaction potentielle.

La transaction se fait ou pas mais dans tous les cas, vendeur et acheteur se sont comportés en gens civilisés puisqu'ils veulent échanger leurs biens respectifs: l'un une voiture ou une maison, l'autre de l'argent.

Le commerce a donc deux vertus importantes: celle de permettre à des gens, des groupes de gens, des communautés, de se départir de leurs surplus contre des biens qu'ils désirent et celle de créer de l'interdépendance par l'échange de biens, ce qui favorise la paix et les relations entre les communautés.


Clarifions troc, achat-vente et argent


Après une crise majeure, en particulier une crise économique très grave voire un effondrement économique, le commerce sera réduit à néant. Du moins le commerce comme nous l'avons connu car il y aura une autre forme de commerce qui se manifestera très rapidement, le troc.

Le troc c'est un échange de biens entre deux parties. Deux parties partie ont chacune un bien à échanger et elles le font directement.

Au fond c'est très simple!

Le troc semble de prime abord semblable à l'achat-vente mais quand on y regarde de plus près, ça diffère considérablement.

Dans le mécanisme de l'achat-vente, il y a un acheteur et un vendeur. Le vendeur se départis d'un bien contre de l'argent. Il y a donc trois parties impliquées.

Trois?

Un vendeur ça fait un. Plus un acheteur ça fait deux. Et la troisième partie?

C'est l'argent.

L'argent est une conceptualisation de la valeur et est émis par soit un État, soit une banque voire même une société commerciale. Oui, même une société commerciale. Vous ne me croyez pas? Regardez plutôt ceci:



Cet argent est émis mais aussi garanti par l'émetteur contre ses propres biens.

Et de trois: vendeur, acheteur et émetteur d'argent, la boucle est bouclée.


L'argent a certes une valeur garantie par l'émetteur mais rien ne garantit qu'il sera accepté comme mode de paiement, ni même que sa valeur soit réellement celle qui est garantie! Mais c'est une autre histoire.

Pour éviter de tels chichis, les États y ont vu en forçant l'usage des billets de banque.

Vous voyez la mention sur ce billet états-unien? "Ce billet a cours légal pour toute dette, publique et privée".

Cela signifie que si vous vendez un bien, vous devez légalement accepter le billet de banque en guise de paiement.

Quand la normalité change


Si la normalité change abruptement et que l'économie usuelle ne fonctionne plus ou fonctionne très difficilement, l'argent perd vite de sa valeur. Parfois, il est carrément abandonné.

J'ai eu la chance de discuter longuement avec un réfugié Cambodgien de Montréal qui me racontait que quand qu'il habitait le Cambodge, pendant la Guerre du Viet-Nam (et les bombardements clandestins US au Cambodge), presque personne n'utilisait de billets de banque. C'était du troc contre d'autres marchandises ou contre de l'or ou parfois de l'argent: des morceaux de bijoux, des lingotins fractionnés ou des petites pépites.


Que ce soit une marchandise contre une autre marchandise ou une marchandise contre de l'or, c'est du troc.

Qu'on se souvienne de Berlin en 1945...

Après la Chute de Berlin, il n'y avait plus d'eau, plus de nourriture, plus de gaz, rien.

Un soldat pouvait se payer une nuit avec une berlinoise pour une ou deux cigarettes.... Celle-ci allait ensuite l'échanger contre de la nourriture et de l'eau.

Même si l'évocation de cette idée est révoltante, ça demeure aussi du troc.

Un témoignage:

During Hurricane Katrina, I was a police officer in New Orleans and it showed me that particular side of the economy and humanity. It taught me a lot of lessons. (...)
Unless you had fuel, food, alcohol or ice, you couldn’t really engage in many business transactions. (...)
During those few weeks, I saw an incredible demand for fuel (mainly for generators), alcohol and 12v pumps of various types; those that could pump fuel from gas station reserves or those that could pump water. 

Traduction libre:
«Pendant l'ouragan Katrina, j'étais officier de police à la Nouvelle Orléans et j'y ai été témoin d'aspects particuliers de l'économie et de l'humanité. Ça m'a appris beaucoup de choses. (...) À moins d'avoir de l'essence, de la nourriture, de l'alcool ou de la glace, vous ne pouviez pas vraiment échanger quoique ce soit. (...) Durant ces quelques semaines, j'ai constaté une demande incroyable pour de l'essence (principalement pour les génératrices), de l'alcool et des pompes 12v. de différents types: celles qui pouvaient pomper de l'essence des réservoirs des stations d'essence ou celle qui pouvaient pomper de l'eau.» 

L'argent étant une conceptualisation de la valeur et non une valeur in se, cet intermédiaire disparaît rapidement du marché car son pouvoir d'achat devient quasi-nul, spécialement quand la catastrophe est plus globale mais sans exclure les désastres d'ampleur régionale ou  locale...

À moins d'être préparé à être 100% autonome, c'est à dire autarcique et "off the grid", il est plus que probable que nous devions échanger ce que nous avons en surplus pour nous procurer des choses qui nous manquent.

Quoi stocker pour troquer?


Maintenant, j'espère vous avoir convaincu que le troc est important, examinons maintenant quoi stocker pour troquer.

Il existe au fond deux moments où on peut faire du troc. Pendant l'évolution de la crise et lorsque le nouvel équilibre est atteint.

Ces deux périodes commandent des choix différents.


Pendant l'évolution de la crise (période d'instabilité)


C'est une période dangereuse, celle où une société se cherche un nouvel équilibre. Les repères habituels sont disparus, la sécurité avoisine le zéro, le danger peut être partout.

Un principe que je préconise dans une telle situation: ne troquer que si c'est réellement nécessaire et même seulement si c'est critique. 

Tout peut être bon à stocker, en particulier des "consommables" comme des barres de chocolat, des briquets, des piles, beaucoup de piles, des bougies, du savon, de l'eau de javel, des lampes de poche bon marché et quasi jetables, etc. 

Outre les barres de chocolat ou des sachets de biscuits, je ne recommande pas de troquer des sacs de riz ou des rations militaires MRE ou de la nourriture en général. C'est envoyer le signal que vous étiez préparés et qu'il y en a bien d'autre. C'est crier sur tous les toits que vous êtes ce qu'on appelle un fat cat, une poule à plumer. Il ne faut en aucun cas laisser penser que vous avez des stocks, il faut plutôt pouvoir dire que vous avez mis la main sur quelque chose et que vous voulez l'échanger.

Les munitions, JAMAIS. Ni pour les échanger, ni pour les acquérir. Trop risqué! Celui qui prend vos munitions, il a forcément une arme de ce calibre. Si vous en acquérez, même chose. 


En période nouvel équilibre


C'est bien triste à dire mais à cette période, ceux qui avaient à mourir sont morts, ceux qui avaient à évacuer sont évacués. Ne restent que ceux qui étaient prêts et ceux qui ont réussi à faire avec la situation, ce qui n'est pas nécessairement rassurant dans ce dernier cas.

Dans tous les cas, c'est le moment de tisser des liens avec les communautés qui restent. On peut dès lors troquer aussi des surplus de nourriture, si vous en avez.

C'est aussi le bon moment pour sortir vos métaux précieux, ils trouveront preneurs et leur pouvoir d'achat peut s'en trouver même augmenté, surtout si la crise est globale et non localisée. 

Quant à l'argent de papier, on ne sait jamais, il peut se trouver des gens qui y croient encore!

Liste non-exhaustive de choses à stocker pour troquer


  • Savon
  • Eau de javel
  • Détergent
  • Dentifrice et brosses à dent
  • Papier et serviettes hygiéniques
  • Analgésiques
  • Antibiotiques
  • Médicaments pour maladies chroniques (comme le diabète)
  • Pansements
  • Alcool
  • Tabac
  • Nourriture
  • Huile à lampe
  • Contenants de propane
  • Essence et diesel
  • Fluides automobile
  • Piles AA et AAA
  • Papier
  • Crayons et stylos
  • Briquets
  • Graines bio
  • Outils de jardinage
  • Métaux de récupération
  • Tissu
Il n'est pas nécessaire de posséder tout ça mais seulement d'en avoir un peu de quelques catégories afin de pouvoir faire redémarrer le commerce et tisser des liens avec d'autres groupes.

Même si on a une approche autarcique et qu'en principe on n'a besoin de rien, il faut tout de même stocker des choses à troquer, on ne sait jamais de quoi on peut avoir besoin. En plus, ça donne une occasion de faire du commerce donc de se lier avec d'autres.


Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Loup Espiègle a dit…
Plus que des graines bio, ce sont des graines non-hybrides qu'il faut stocker, à moins d'avoir le vice du business (je te troque des graines que tu ne pourras pas reproduire correctement).

Aussi stocker moultes bougies !!

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Débuter intelligemment en survivalisme: Attitude