Les négligés: accessoires indispensables

Je veux parler ici de quelques pièces d'équipement qui sont peu souvent l'objet de notre attention.

Elles sont pourtant terriblement importantes car elles nous permettent de mieux fonctionner.

On commence!

Lunettes balistiques anti-égratignures

Les lunettes balistiques sont une nécessité. Non seulement elles résistent au tir d'un calibre .22LR à bout portant mais elles protègent les yeux dans toutes les circonstances:

  • Marche dans un boisé sale
  • Coupe des arbres
  • Travaux de percussion (par exemple la pierre, le béton, etc.)
  • Tir et engagements
  • Travaux de construction générale


Quand j'étais militaire, nous étions en exercice et j'ai reçu une branche en plein dans l'oeil gauche. Je portais des lentilles cornéennes et celle qui a pris le choc s'en est trouvée déchirée et rendue inutilisable. Elle a néanmoins sauvé mon oeil en faisant glisser la branche sans qu'elle ne touche à ma cornée.

Depuis ce temps, je porte des lunettes en forêt.

Veillez aussi à choisir des lunettes balistiques qui soient ouvertes afin d'assurer une bonne ventilation.

Et les lunettes de sécurité alors? Ce n'est pas un mauvais choix en soi mais comme elles ne sont pas conçues pour résister à des tirs ou des éclats causés par des tirs, elles offrent moins de protection.

Pensez également à une courroie de retenue qui les maintiendra toujours sur votre nez ou autour de votre cou.

Pour les myopes, vous pouvez vous faire faire des lunettes balistiques ajustées à votre vue ou encore en acheter qui vont par dessus vos lunettes correctrices.

Une blessure aux yeux est déjà sérieuse en ces temps de normalité. Imaginez si un médecin ou la médecine de pointe n'est plus accessible...

Gants de travail

Les gants de travail sont un must. Je sais, certains diront que les hommes, les vrais, travaillent sans gants. Bof.

Ceux qui préfèrent les échardes, les coupures, les éraflures qui causent toutes des risques d'infection, dont le tétanos, libre à vous de travailler les-mains nues. 

Pour les autres, des gants de travail en cuir résistant sont une nécessité. Et pas qu'une paire! Il en faut au moins une douzaine de paires si vous prévoyez travailler aux champs, couper du bois, faire de la menuiserie, des travaux de construction ou tout autre travail qui est exigeant pour les mains.

Vous ne ferez pas une vie entière avec des gants de travail du commerce. Ils finiront par s'user, se percer et revenir inutilisables. D'où l'importance de posséder un :

Ensemble de couture tout usage et tous matériaux

Nous vivons dans une société qui ne reprise plus ses chaussettes. Quand nous avons accès à des chaussettes pour un dollar et plus, quelle est la nécessité, en effet?

Par contre quand elles ne seront plus disponibles, il faudra bien repriser et coudre.

Un ensemble de couture tout usage comprendra du fil, des aiguilles, des dés, des pinces, des ciseaux mais aussi tout ce qu'il faut pour travailler le cuir. Si vous vivez en BOL ou en BAD il y a fort à parier que le cuir, la fourrure et la laine seront les seules matières à partir desquelles vous pourrez fabriquer des vêtements.

Ceux qui possèdent des machines à coudre électriques (électromécaniques et non électroniques) pourront les convertir en machines à coudre à pédale. De telles machines convertissables sont toutefois devenues très rares.

En définitive, le bottom line c'est d'être capable de reprendre, recoudre, repriser et coudre des vêtements. Cela suppose apprendre les bases de la couture. Mesdames, et aussi (et surtout) Messieurs, à vos aiguilles!

On ne sait jamais ce qui peut arriver. Il est possible que l'on doive coudre une bâche, un tente, un abri de fortune voire des voiles ou des vêtements suite à la perte, l'abandon d'urgence ou le vol de nos biens.

J'avais lu sur le site de Survival Mom qu'elle utilisait les fils détressés de Paracord 350 ou 550 pour la couture du cuir ou de tissus qui demandaient beaucoup de résistance. L'idée est excellente.

Couvertures de laine naturelle

De nos jours nous avons toutes sortes de couvertures, doudous et draps faits de toutes sortes de matériaux, pour la plupart en fibres synthétiques.

Dans un contexte où il devient impossible de se procurer quoique ce soit ou encore de manière aléatoire et en tenant compte du fait que les vêtements s'usent toujours et encore plus dans une vie de plein-air, de travaux aux champs ou en forêt, on risque de se retrouver rapidement à court de vêtements.

Dans notre climat ce n'est pas une bonne idée!

Les couvertures de laine stockées en grandes quantités sont (presque) une panacée.

Outre ses qualités caloriques (chaude l'hiver, fraiche l'été, même mouillée) la laine des couvertures peut être retaillée afin de former des vêtements d'hiver chauds et résistants.

On peut ainsi faire des manteaux, des vestes, des chemises et avec un peu de pratique et d'habileté, des chaussettes.

Si vous possédez des couvertures de laine en grande quantité, elles peuvent être utilisées comme matelas isolant en les empilant. Vous aurez ainsi la possibilité de recueillir des gens et leur permettre de dormir au chaud.

Tout ça semble peut-être banal mais ces couvertures peuvent sauver des vies. Elles sont trop précieuses pour être négligées et devraient faire partie des kits d'urgence de chaque survivaliste. Vous n'en aurez jamais trop. Elles sont lourdes certes et se compriment très peu mais si vous n'avez pas à errer sur les routes, il vaut la peine de leur faire de la place dans nos kits.

Tout ça c'est con mais...

On associe survivalisme à danger, armes, bouffe et premiers soins et bien ça soit la base de tout, les petits ennuis causés par l'absence de fil et d'aiguilles ou de gants de travail deviennent des irritants, puis des emmerdements, puis des handicaps.

Imaginez que dans le pire des scénarios, tout s'effondre de manière temporaire ou permanente. Le manque de ces "petites choses" deviendra vite obsédant. C'est comme se retrouver dans une capsule spatiale en route vers Mars et réaliser d'un coup qu'on a oublié les brosses à dent. On peut laver ses dents autrement mais jamais aussi facilement ni aussi bien qu'avec une brosse à dents. Comme il n'existe pas de grandes surfaces sur la route vers Mars, ce petit oubli a des conséquences permanentes.

Le survivalisme, ce n'est pas seulement survivre au sens de se maintenir en vie, c'est de vivre le plus normalement possible même si la normalité socio-économique a changé. Les petits indispensables jouent un rôle essentiel dans le maintien du confort et il faut y penser.


Réagissez sur 


Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Armes à feu: les fondamentaux