Minimum vital: oui mais...

La notion de minimum vital est très souple, elle couvre au fond ce qu'on anticipe comme réponse aux événements.

Le gouvernement fédéral recommande de se préparer à survivre trois jours ou 72 heures. C'est raisonnable. Par contre, si nous prenions ces trois jours et que nous les présentions ainsi:

"Le gouvernement fédéral recommande de se préparer à survivre aux trois premiers jours."

Cela implique donc que le quatrième et les suivants seront à la charge de l'État. Voulez vous vraiment prendre ce risque, hmmmm?

La réponse est non. L'État le plus puissant de la planète a été incapable de faire face de manière adéquate aux événements de Katrina: la ville de la Nouvelle Orléans n'a plus été ravitaillée dès l'arrivée de l'ouragan et après 3-4 jours, la police n'existait plus. Les gens étaient laissés à eux mêmes, des bandes de pillards se sont organisés et quand les gens voulaient quitter la ville, l'armée zunienne les refoulait!!!

Je considère que le minimum de préparation de base doit permettre une survie d'au moins trois semaines. Et quand on parle de trois semaines de survie, on parle d'un tout autre niveau de préparation. On peut survivre trois jours sans savon et sans se laver mais trois semaines sans hygiène corporelle, c'est la porte ouverte aux maladies.

Voici donc quelques éléments à penser:

1) EAU, H2O, WATER, WASSER, AQUA, ETC.



La plupart des humains ayant une santé moyenne peuvent jeuner un mois sans trop de séquelles. En revanche, trois jours sans eau et c'est la mort.

Il faut stocker de l'eau. Beaucoup d'eau. Pour au moins trois semaines d'eau. Le gouvernement canadien parle de 2 litres d'eau par personne par jour, moi je parle de 4 litres par personne par jour. À 33-34 degrés à l'ombre et avec un taux d'humidité de 90%, 2 litres sont nettement insuffisants car juste en transpiration, nous allons en perdre beaucoup plus.

Pour vous donner une idée, c'est 84 kilogrammes d'eau par personne pour pouvoir durer trois semaines. Si vous préférez: 185 livres d'eau.

Il est possible de stocker de l'eau pour de très longues périodes de temps si le contenant est approprié, l'eau traitée en conséquence et si le tout est bien entreposé. Théoriquement, avec un contenant hermétique, à l'abri du soleil et avec de l'eau traitée adéquatement, le stockage peut durer 5 ans, 10 ans ou même 50 ans.

2) Nourriture

La nourriture, bien que moins critique que l'eau, est quand même importante. Après trois jours de jeûne on ne sent plus la faim mais nos forces, elles, sont considérablement diminuées. Il faut aussi tenir compte de plusieurs éléments: vous pourrez peut-être rester chez vous, vous serez peut-être évacués, vous aurez peut-être accès à un approvisionnement limité, etc.

Pour se préparer au mieux, j'ai identifié différentes formules pour parer à différentes situations:

a) Évacuation rapide: des MRE (Meal Ready to Eat) qui fournissent des repas très rapides, très énergétiques et très complets. Ils s'emportent facilement et ne nécessitent aucune infrastructure pour les préparer.

b) Évacuation éventuelle ou annoncée avec temps de préparation suffisant: des sacs de mylar contenant de la nourriture déshydratée ou de la nourriture sèche, des chaudières de plastique de qualité alimentaire remplies de nourriture ensachée, de cannes de conserve de métal ou de verre, des plats semi préparés ou à préparer.

Il faudra aussi prévoir des réchauds, du carburant et des chaudrons pour cuisiner.

c) Survie sur place à long terme:
Une réserve de nourriture de plusieurs mois, incluant une chambre froide pour les fruits, légumes et les conserves maison, une réserve de nourriture sèche, un congélateur rempli à moitié de réserves d'eau, qui transformera celui-ci en glacière si l'électricité était coupée. Un congélateur rempli de glace peut durer très longtemps!

3) Vêtements:
On oublie la mode et on pense utilitaire, des rechanges pour quatre jour au moins, ainsi que des vêtements plus chauds et moins chauds que la saison ne le permet. On pense aussi à inclure du savon à lessive à la main, de la corde pour étendre les vêtements lavés et un grand seau pour laver.

4) Papiers et objets précieux:
Actes de naissance, titres de propriété, manuels de survie, cartes de crédit, argent comptant, pièces d'or et d'argent, bijoux facilement échangeables, etc.

5) Équipements de survie:
Hache, pelle, clous, corde, équipements de campings, bonnes réserves de carburant pour les réchauds ET pour le véhicule, radio, équipement de communication, appareil ou outil de traitement des eaux, etc. Le papier de toilette, que tout le monde oublie, est aussi nécessaire.

6) Médicaments et trousse de premiers soins.
Dans notre vie quotidienne, si on se coupe profondément, on va à la clinique et on se fait recoudre. Si un diabétique manque d'insuline et n'a pas sa prescription, un pharmacien pourra le dépanner. Mais quand tout a "chié", sur qui peut-on compter? Sur soi. Prévoyez vos médicaments normaux, des analgésiques, des antiinflammatoire, une trousse de survie comprenant de quoi suturer des plaies, du désinfectant, etc. Si vous n'avez pas de gaze, des serviettes sanitaires peuvent être utilisées comme pansements. Et un cours de premiers soins préalablement suivi, ce n'est jamais un luxe.

Donc trois jours ou trois semaines, ou même trois mois? Le minimum raisonnable c'est trois semaines. Trois jours, c'est compter que tout ira bien et que nous serons secourus et assistés. Demandez aux réfugiés de la Nouvelle Orléans si trois jours étaient suffisants...
Print this post Imprimez ce billet

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mythe 5: antibiotiques et autonomie survivaliste

Boites de conserves: un choix intelligent

Armes à feu: les fondamentaux